Fromages oubliés, Portraits
comments 3

Paul Georgelet, le mothais charentais & moi !

paul_georgelet« La chèvre, c’est la vache du pauvre ! » C’est avec cette phrase tonitruante que débute mon entretien avec Paul Georgelet : cultivateur, éleveur, artisan, commerçant & chef d’entreprise comme il le précise ici. Il faut dire que le Poitevin est un sacré personnage !

Cet autodidacte décide de reprendre la ferme familiale au début des années 70, à Villemain. Après une année de production laitière, il s’essaie au fromage. Pour la recette, rien de mieux que le bon sens paysan et la tradition ! Il part à la rencontre de quelques grand-mères qui lui donnent de très précieux conseils. 10 litres de lait dans une bassine à veau et un peu de présure donnent naissance au premier fromage de Paul : le petit rond ! (un délice)

Depuis 40 ans, il met la modernité au service de la tradition afin de maintenir cette qualité du premier jour ! La gamme s’est développée, le troupeau et l’activité aussi mais la qualité, le goût et le voyage pour les papilles sont bien là ! On retrouve sur le plateau de fromages de Monsieur Georgelet le Chabichou du Poitou, le Mothais sur Feuille, le Rond de Lusignan, le Carré, le Tricorne, le Saint-Paul, la bûche, la pyramide ou la tomme par exemple !

miam_georgelet

Où se procurer ces petits délices ? Chez un bon fromager ou sur les marchés estivaux de l’Ile de Ré (tous les détails ici). N’essayez pas de le trouver en Grandes Surfaces, « ce phylloxéra de l’agriculture » je cite et j’approuve !

Merci au Salon du Fromage qui m’a permis de rencontrer ce grand Monsieur. C’était un très joli moment !

3 Comments

  1. 500 chèvres avec des traitement hormonaux et souvent du caillé congelé … on croise mieux en fromage de chèvre 🙂 Au prix du stand du salon du fromage les rencontre authentiques restent rares 🙂

    • La Fondue says

      Bonjour Pierre, merci pour votre commentaire qui ouvre le débat ! Effectivement, les producteurs qui peuvent se permettre d’avoir un stand sur les salons sont souvent bien installés. Cela n’enlève en rien le plaisir de cette rencontre avec Paul Georgelet.
      Je suis tout à fait preneuse de bonnes adresses gourmandes si vous souhaitez les partager ici. Belle soirée !

  2. Pingback: Le fromage fait son cinéma ! |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *